Le harcèlement scolaire

Le harcèlement est généralement défini comme des actes ou des propos tenus à l’encontre d’une personne dans le but de la détruire psychologiquement et/ou physiquement.

Le harcèlement scolaire  est donc du harcèlement perpétré au sein d’un établissement scolaire et il n’a été clairement identifié et défini que depuis 2010.  C’est une conduite intentionnellement agressive, violente d’un ou plusieurs élèves, qui dure et se répète dans le temps, à l’encontre d’une victime qui ne peut se défendre seule.

Le harcèlement scolaire peut prendre différentes formes :

  • Violence physique : bousculades, coups, crachats, gestes déplacés, …
  • Violence psychique : insultes, menaces, intimidations, moqueries, mise à l’écart, chantage, propagation de rumeurs, racket, …

Il existe également une nouvelle forme de harcèlement qui se poursuit en dehors de l’école : c’est le cyber-harcèlement.  C’est un « acte agressif, intentionnel, perpétré par un individu ou un groupe d’individus au moyen de formes de communication électronique à l’encontre d’une victime qui ne peut facilement se défendre seule » (Smith, P.K., Mahdavi, J., Carvalho, M., Fisher, S., Russel, S., & Tippett, N. (2008).Cyberbullying: Its nature and impact in secondary school pupils. Journal of Child, Psychology and Psychiatry, 49,p 376 ). Au même titre que le harcèlement, le cyber-harcèlement se manifeste sous différentes formes via textos, chat en ligne, réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat, …

  • commentaires péjoratifs/insultants/humiliants, menaces, propagations de rumeurs
  • diffusion de photos ou vidéos volées de la victime dans une mauvaise posture ou à caractère sexuel
  • piratage de comptes et usurpation d’identité digitale
  • création d’un sujet de discussion, d’un groupe ou d’une page à l’encontre d’un camarade de classe

Le cyber-harcèlement se distingue du harcèlement scolaire « classique » puisqu’il peut venir d’inconnus souvent difficiles à identifier, qu’il laisse des traces sur Internet (rien n’est réellement effaçable) et qu’il envahit l’espace privé.

Quels sont les signes qui peuvent alerter? 

Il est important de repérer certains signaux d’alerte pouvant faire penser qu’un élève est victime de harcèlement. En effet, ce dernier ne saura pas forcément en parler, par peur ou par honte mais certains de ses comportements pourront être révélateurs :

  • Baisse, perte d’estime de soi
  • Isolement
  • Désinvestissement scolaire, chute des résultats scolaires, voire phobie scolaire
  • Idées noires, troubles du sommeil, somatisation (maux de ventre, de tête, nausées, vomissements, …)
  • Crises d’angoisses

Dans tous les cas, tout changement brusque du comportement (physique, social, scolaire, …) d’un élève est synonyme d’un mal être, qu’il soit en lien ou non avec du harcèlement scolaire ou du cyber-harcèlement.

Quelles sont les solutions?

“Le harcèlement, pour l’arrêter, il faut en parler”

Le travail de prévention (via un simple dialogue, des livres, des débats, des reportages, …)  est important car il permet aux enfants, aux adolescents, aux parents de comprendre ce qu’est le harcèlement scolaire. En effet, difficile d’identifier une victime ou un harceleur  lorsque l’on méconnaît la définition et les conséquences.  Parfois, les victimes elles-mêmes ne savent pas qu’elles en sont victimes, elles n’en parlent pas, par peur de représailles, ou par honte. Le simple fait de se rendre compte que ce que l’on vit est connu, défini, réprimé, et vécu par d’autres personnes permet de libérer la parole. Il est important aussi de sensibiliser les enfants qui ont un smartphone ou un accès  à Internet au cyber-harcèlement afin d’éveiller leur vigilance.

3 étapes pour agir

1 – Evaluer la situation. Toute violence rapportée par un enfant/adolescent doit être prise en compte car elle peut ouvrir la voie à un futur harcèlement.

2  Prévenir l’établissement. Il faut en discuter avec le directeur, le Conseiller Principal d’Education ou le référent académique. Vous pouvez aussi contacter le numéro vert « Non au harcèlement » 3020 ou le numéro vert « Net écoute » 0800 200 000 s’il s’agit d’un cyber-harcèlement.  Il ne faut pas intervenir soi même, au risque d’aggraver la situation.

3 – Aider la victime à retrouver confiance en elle. Favorisez les activités extrascolaires ainsi que les relations familiales afin de lui montrer que le harcèlement n’a pas envahi tous les domaines de sa vie. Il est également possible de prendre un rendez-vous avec un psychologue qui l’aidera à mettre en mots sa souffrance et à renforcer l’estime de soi.

Sites Internet et numéros utiles 

Coin Lecture